Le blog de Baidy Maguiraga

07 janvier 2020

Le Fichier éléctoral :1 Connaisssance du NINA(Numero d'identification National)

La carte  NINa, ses caractéristiques

Le  NINa  est composé de 15 caractères :

  • 1)Le premier caractère désigne le  sexe : le chiffre 1 (G)  ou  2 (F)
  • 2)      Les deux caractères qui suivent désignent les deux derniers chiffres de l’année de naissance             
  • 3)      Les huit (8) caractères suivants désignent le VFQ de naissance et se déclinent de la façon suivante :
    • a) Les deux  premiers caractères désignent la région de naissance deux chiffres ou deux caractères selon que le lieu de naissance est le Mali (01 Kayes 02 Koulikoro………08 Kidal et 09 Bamako) ou l’Extérieur (Exemple FR France ; CI Côte d’Ivoire ; MR Mauritanie…..).
    • >b) Le caractère qui suit c’est-à-dire le troisième des huit(8) caractères ou le  sixième de l’ensemble des caractères précise le cercle pour l’intérieur, il est 1 pour Bamako.

Exemple

011 cercle de Kayes, 017 cercle de Yélimané : 021 cercle de Koulikoro 025 cercle de Kati….051 cercle de Mopti…072 cercle de Bourem…..082 cercles d’Abeibara

Pour l’extérieur après les deux lettres il est représenté par le chiffre 9

c)       Les cinq (5)  autres caractères sont les codes du VFQ de naissance et la commune dans laquelle celui-ci est situé .Chaque VFQ a un code unique

d)      Les trois  caractères qui suivent sont des chiffres représentant le numero. chiffre maximum 999     

e)      Le dernier caractère est une lettre il est calculé.     

 

Exemple 1

 1 65 051 04013 020 ……la personne est de sexe masculin né en 1965 dans la région de MOPTI(05), plus precisement dans le cercle de Mopti (051) à Saré Hambanou (05104013) ,020 est le numéro d’enregistrement. Le caractère manquant c’est-à-dire le 15 ème est une lettre obtenue par calcul. C’est la seule lettre parmi les 15 caractères

 

Exemple 2 :

1

5

0

0

1

5

0

1

0

1

4

0

1

0

?

 né à  Kayes(01) Kita(5)

2

9

1

0

2

4

0

6

0

0

4

0

1

9

?

 née à  Koulikoro(02) kangaba(4)

2

8

1

0

3

1

2

4

0

0

1

0

0

6

?

 née à   Sikasso (03) Sikasso(1)

1

5

2

0

4

6

0

2

0

0

2

0

0

2

?

 né à  Ségou(04) San(6)

2

8

9

0

5

4

0

8

0

0

4

0

0

1

?

 née à  Mopti(05) Djenné(4)

1

9

8

0

6

2

0

1

0

1

1

0

0

1

?

 né à  Tombouctou(06) Dire(2)

2

7

5

0

7

2

0

1

0

0

1

0

1

1

?

 née à  Gao(07) Ansongo(2)

1

7

1

0

8

1

0

1

0

0

1

0

1

4

?

 né à  Kidal(08) Kidal(1)

1

9

1

0

9

1

0

4

0

0

2

0

8

5

?

 né à  Bamako(091) commune (04)

2

3

1

0

9

1

0

3

0

0

4

0

0

6

?

 née à  Bamako(091) commune (03)

2

7

8

0

9

1

0

2

0

0

5

0

4

9

?

 née à  Bamako(091) commune (02)

1

0

0

0

9

1

0

1

0

0

6

6

6

9

?

 né à  Bamako(091) commune (01)

2

9

3

0

9

1

0

5

0

0

5

2

8

8

?

 née à  Bamako(091) commune (05)

2

5

1

0

9

1

0

6

0

0

6

4

9

8

?

 née à  Bamako(091) commune (06)

2

8

6

C

I

9

0

1

0

9

0

4

9

3

?

 née en CI 9(Etranger) 01 Abidjan

 Les ? representent un caractère alphabetique

Exemple 3 :

 a)  1 93 036 04002  indique le VFQ  Barila( code 03604002) dans le cercle  de Yanfolila région de Sikasso 

b)  2 98  014 11015 indique le VFQ  Sabere Coulo dans le cercle de Kenieba, région de KAYES

Situation sur les doublons

 2.    Les doublons

Ils sont au nombre de 501881, sous le vocable doublons,  il faut comprendre les électeurs avec Nina inscrits deux, trois, quatre ou cinq fois

Situation des doublons par région

Région

Nombre de doublons

Pourcentage(%)

Kayes

100 085

19.94

Koulikoro

104 535

20.83

Sikasso

177 630

35.39

Ségou

51 403

10.24

Mopti

45 931

9.15

Tombouctou

20 793

4.14

Gao

552

0.11

Kidal

952

0.19

Total

501 881

100.00

 

Les doublons ont été faits sur la base de l’homonymie des VFQ (Village, Fraction, Quartier) dans une commune donnée .Dans certaines communes des VFQ portent le même nom, et le plus souvent les mêmes électeurs avec les mêmes NINa et les mêmes numéros sur la liste électorale sont inscrits plusieurs fois (deux, trois, quatre ou cinq fois).La palme revient à Bougouni (voir tableau ci-dessous)

Synthèse Bougouni

 

Nombre de communes

Nombre de VFQ

Nombre de voix

Nombre de voix réelles

Doublons

17

34

27 974

13 987

Triplons

9

27

12 120

4 040

Quadruplons

7

28

12 604

3 151

Quintuplons

5

5

32 045

6 409

Total

 

 

84 743

27 587

         

 

 

 

Posté par maguiblog16 à 18:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

L’ACCORD POUR LA PAIX ET LA RECONCILIATION AU MALI issu du processus d’Alger (15 mai et 20 juin BAMAKO)

colombepaìx

I. PRESENTATION

1 -Les participants

a)Les parties signataires

  • Le Gouvernement du Mali
  • La CMA
  • La Plateforme

b) La médiation internationale

  • L’Algérie comme Chef de file
  • L’Organisation des Nations Unies, à travers la Minusma (Mission Multidimensionnelle Intégrée pour la Stabilisation du Mali)
  • La CEDEAO (Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest)
  • L’UA (Union Africaine)
  • L’Organisation de la Conférence Islamique (OCI)
  • L’Union Européenne (U E)
  • Le Burkina Faso, la Mauritanie, Le Niger, le Nigéria et le Tchad

c) La société Civile (en Audition)

d) Les observateurs

  • La France
  • Les Etats Unis d’Amérique

2 -Les sept (7) titres majeurs et les Annexes

  • TITRE I Principes, engagements et fondements pour un règlement durable du conflit.
  • TITRE II Questions politiques et réformes institutionnelles
  • TITRE III Questions de défense et de sécurité.
  • TITRE IV Développement socio-économique et culture
  • TITRE V Réconciliation, justice et questions humanitaires.
  • TITRE VI Garanties et accompagnement d’ordre international.
  • TITRE VII Dispositions finales.

Les annexes au nombre de trois, sont parties intégrantes de l’Accord (article 66 de l’Accord) :

  • Annexe 1, relatif à la période intérimaire.
  • Annexe 2, relatif à la défense et Sécurité.
  • Annexe 3, relatif aux actions et projets de développement, économique, social et culturel à court moyen et long terme à réaliser dans les régions du Nord.

II. ANALYSE DE L’ACCORD

1- Principes, engagements et fondements pour règlement durable du conflit

a) Principes et engagements

 Les Parties ont réaffirmé leurs engagements et mis en avant plusieurs principes, parmi lesquels on peut citer:

  • Respect de l’unité nationale, de l’intégrité territoriale et de la souveraineté de l’Etat du Mali, ainsi que sa forme républicaine et son caractère laïc
  • Prise en charge par les populations de la gestion effective de leurs propres affaires, à travers un système de gouvernance prenant en compte leurs aspirations et leurs besoins spécifiques
  • Promotion d’un développement équilibré de l’ensemble des régions du Mali tenant compte de leurs potentialités respectives.

 L’article 3 stipule « Les Institutions de l’Etat malien prendront les dispositions requises pour l’adoption des mesures règlementaires, législatives, voire constitutionnelles nécessaires à la mise en œuvre des dispositions de l’accord, en consultation étroite avec les Parties et avec le soutien du Comité de suivi prévu par le présent accord. »

 L’article 4 stipule « Les dispositions de portée nationale arrêtée dans le présent Accord seront mises en œuvre prioritairement dans les régions du Nord au Mali, sans préjudice des mesures spécifiques convenues pour cette partie du pays.Ces dispositions sont applicables aux autres régions du pays. »

b) Fondement pour un règlement durable

 L’article 5 lie implicitement les conditions d’une paix juste et durable aux éléments suivants :

  •  Une compréhension commune de l’appellation AZAWAD, considéré comme une réalité socio culturelle mémorielle et   symbolique
  • Des mesures destinées à instaurer la paix et la réconciliation nationale :la recherche du consensus
  • Des mesures destinées à assurer une meilleure Gouvernance : pouvoir étendu aux collectivités territoriales

2 - Questions politiques et institutionnelles

a) Au niveau local (Cercle et Région)

Les régions seront administrées avec plus de pouvoir par :

  •  Une Assemblée Régionale élue au suffrage universel direct avec le bénéfice d’un très large transfert de compétences, de ressources. Cette Assemblée Régionale aura des pouvoirs juridiques, administratifs et financiers appropriés
  •   Le Président de l’Assemblée Régionale est également élu au suffrage universel direct. Il est également le Chef de l’Exécutif et de l’Administration de la Région
  • Les Cercles et Communes sont dotés d’organes délibérants (Conseil de Cercle et Conseil Communal) élus au suffrage universel direct et dirigés par des bureaux ayant une fonction exécutive avec à leur tête un Président du Conseil de Cercle et un Maire élus

b) Au niveau national

  •  « Réactiver et diligenter le processus de mise en place de la deuxième chambre du Parlement sous la dénomination de Sénat, de Conseil de la Nation ou de toute autre appellation valorisante de sa nature ou de son rôle et en faire une institution dont les missions et la composition favorisent la promotion du présent accord. »
  • Cette chambre devra s’ouvrir aux représentants des notabilités traditionnelles, aux femmes et aux jeunes.
  • Le transfert effectif de 30% des recettes budgétaires de l Etat à l’ensemble des collectivités avec une attention particulière au Nord.
  • L’amélioration de la représentation des populations du Nord du Mali dans les institutions et grands services publics, corps et administrations de la république
  • L’Etat nomme un Représentant auprès des Collectivités territoriales, aux fins de préserver l’intérêt général. A ce titre il relaie la politique du Gouvernement sur les grands projets et facilite les politiques de développement de la Région. Ce Représentant exerce un contrôle de légalité

3 - Questions de Défense et de Sécurité

a) Les principes directeurs (article 17)

  • Inclusivité et Représentation significative de toutes les populations du Mali au sein des forces armées
  • Unicité des forces armées et de sécurité du Mali, relevant organiquement et hiérarchiquement de l’Etat central
  • Progressivité du redéploiement des forces armées et sécurité reconstituées du Mali
  • Cantonnement Intégration Désarmement Démobilisation et Réinsertion (DDR)

i) Ce processus mené avec les normes et pratiques professionnelles établies avec le soutien de la Minusma vise à recenser les combattants éligibles à l’intégration ou au DDR

ii) Une Commission Nationale pour le DDR regroupant les représentants de l’Etat ainsi que ceux des mouvements signataires de l’Accord travaillera en étroite collaboration avec Le Comité de suivi de l’Accord

iii) L’intégration et le DDR se feront au fur et à meure du Cantonnement des combattants soit pour leur intégration soit pour leur insertion dans la vie civile

b) Les Réformes

 i) Réforme du Secteur de la Sécurité (RSS) :

  • Un Conseil National suffisamment représentatif des communautés comprenant des membres de la CMA et de la Plateforme est mis en place.
  • Ce Conseil fait des recommandations sur des nominations aux postes dans les grands commandements et services pour le renforcement de la cohésion nationale ainsi que la professionnalisation et l’efficacité des dits postes

ii) Réforme des forces armées et de sécurité :

  •  Une police placée sous l’autorité des collectivités territoriales est créée
  •  Des Comités Consultatifs locaux de sécurité (CCLS) regroupant des représentants de l’Etat, des autorités régionales et locales, des communautés et des autorités traditionnelles sont créés sous l’autorité du Chef de l’exécutif

4 - Développement socio-économique et culturel

a) Mobilisation des ressources pour la Zone de développement des Régions du Nord

Elle sera facilitée par une mission d’évaluation de la Banque Mondiale, de la Banque Africaine de Développement ainsi que de la Banque Islamique de Développement

b) Les actions majeures de développement

Elles concernent tous les secteurs qui contribuent au développement :

Education, Santé, Transport, Mines, Energie, Hydraulique, Axes -routiers...

5 - Réconciliation, justice et questions humanitaires

a) Réconciliation et justice

  •  Des mesures telles que la création de la Commission Vérité Justice et Réconciliation et l’adoption le 27 juin de la loi d’entente nationale ont été prises dans le cadre de la promotion d’une véritable réconciliation nationale.

 Dans ce même esprit les éléments suivants sont inscrits :

  • La création d’une commission d’enquête internationale chargée de faire la lumière sur tous les crimes de guerre les crimes contre l’humanité.
  • La Création d’une commission de lutte contre la Corruption et la délinquance financière.
  • La réaffirmation du caractère imprescriptible des crimes de guerre crimes contre l’humanité, crimes de génocides, les crimes sexuels ainsi que les autres violations graves des droits
  • La promotion d’une formation de qualité à tous les acteurs et auxiliaires de justice y compris les cadis
  • La revalorisation du rôle des cadis dans l’administration de la justice, notamment en ce qui concerne la médiation civile de manière à tenir compte des spécificités culturelles, religieuses et coutumières
  • La valorisation du statut des autorités traditionnelles à travers leur prise en charge et la prise en compte dans les règles de protocole et de préséance.

b) Questions humanitaires

 Les conditions nécessaires pour faciliter le retour, le rapatriement, la réintégration et la réinsertion rapides de toutes les personnes réfugiées ou déplacées ainsi que les mécanismes de leurs prises en charge conformément aux instruments africains et internationaux sont prévus

6 - Garanties et Accompagnements

a) Responsabilités des Parties

 Article 50 : Les Parties reconnaissent que la première garantie de l’aboutissement de l’Accord réside dans leur sincérité, leur bonne foi et leur engagement à assumer le contenu de l’Accord et à œuvrer à la mise en œuvre de l’ensemble de ses dispositions dans l’intérêt de la réconciliation de leur pays, ainsi que de la paix, de la sécurité et de la stabilité du Mali et dans la région dans son ensemble.

 Article 51 : Les parties demandent à la classe politique ainsi qu’à la société civile, notamment les organisations de femmes et de jeunes, les Mediaş, les communicateurs traditionnels et les autorités traditionnelles et religieuses d’apporter leur plein concours à la réalisation des objectifs de l’Accord

b) Rôle de la Médiation

 La Médiation, sous l’égide de l’Algérie en tant que Chef de file, est le garant politique de l’Accord et du respect de ses dispositions par les Parties.

Elle contribue au plaidoyer international pour l’application optimale de l’Accord et la mobilisation du soutien nécessaire en faveur du Mali

 c) Rôle de la Communauté Internationale

Elle est la garante de la mise en œuvre scrupuleuse du présent Accord et, est engagée à accompagner les efforts déployés à cet effet

d) Comité de suivi de l’Accord

 Article 57 : Les parties conviennent de la création, dès la signature de l’Accord, d’un Comité de Suivi de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali (CSA)

7 - Dispositions finales de l’Accord

 L’article 65 : Les dispositions du présent Accord et ses annexes ne peuvent être modifiées qu’avec le consentement express de toutes les Parties signataires du présent accord et après avis du Comité de Suivi.

III. Les points à éclaircir

L’article 2 de la constitution du 25 février 1992 stipule :

« Tous les Maliens naissent et demeurent libres et égaux en droits et en devoirs. Toute discrimination fondée sur l’origine sociale, la couleur, la langue, la race, le sexe, la religion et l’opinion politique est prohibée »

  L’article 6 au chapitre 2 de l’accord, Titre I Principes, Engagements et Fondements pour un  Règlement durable du conflit, précise :

  •  La gestion par les populations des régions concernées de leurs propres affaires sur la base du principe de la libre administration ;
  • Une plus grande représentation des populations du Nord au sein des institutions nationales
  • Une participation active et significative des populations, en particulier celles du Nord, à la gestion de la sécurité locale ;
  •  La mise en place d’une Zone de développement des régions du Nord dotées d’un Conseil Consultatif interrégional et d’une Stratégie Spécifique et de développement adaptée aux réalités socio culturelles et géographiques ainsi qu’aux conditions climatiques. La Stratégie sera financée notamment par un fonds pour le développement durable dont les ressources proviendront de sources publiques nationales et de contributions internationales
  • AU niveau régional l’article 6 concentre tous les pouvoirs aux mains du Président du Conseil Régional, au lieu d’un leadership partagé gage de synergie d’actions pour une paix et un développement harmonieux de la région on risque une dictature, source de conflits et de replis identitaires.
  •  Cet article 6 contient les germes d’instabilité et de divisions car il peut aussi paradoxalement empêcher le Président du Conseil de gouverner avec quiétude la région.

En effet il stipule que la région est dotée d’une l’Assemblée Régionale élue au suffrage universel direct. L’Assemblée Régionale jouit des pouvoirs juridiques, administratifs et financiers.

Il stipule également que le Président de l’Assemblée Régionale est élu au suffrage universel direct et est également le chef de l’exécutif et de l’administration de la région.

Le président du Conseil Régional peut être élu avec une majorité relative dans le Conseil régional d’où la possibilité de blocage.

Les articles 11, 13 et 14 posent également problèmes, le premier dénie à l’Etat son pouvoir contrôle et de régulation et les deux derniers accordent d’énormes privilèges aux régions du Nord car non seulement ils ont la liberté de créer de nouveaux impôts et taxes mais l’Etat est tenu de leur verser une part importante des 30% des recettes budgétaires de l’Etat

IV. LES PROPOSITIONS DE SOLUTIONS

1 . A travers un consensus :

  • Garder l’élection des organes délibérants de tous les niveaux des collectivités au suffrage universel direct
  • Changer l’élection du Président des Organes délibérants au suffrage indirect c’est-à-dire par les Conseillers

 2. A défaut de consensus sur le mode d’élection, préciser la modalité d’élection des conseillers (plus fort reste, plus forte moyenne, quota de 50% pour le Président…)  aussi bien au niveau des organes délibérants des collectivités, qu’au niveau du Président de l’Assemblée régionale.

3. Fixer un quota en rapport avec la population de la localité relativement à la police territoriale

4.  Evaluer l’incidence financière de la mise en œuvre de l’Accord d’Alger ce, à court, moyen et long terme

5.Tenir compte des spécificités géographiques et environnementales d’autres localités qui ne sont pas du Nord afin de leur réserver prioritairement des traitements analogues  pour leur développement dans le même esprit que l’Accord d’Alger

6. Dans un souci de pragmatisme, tous les points  portant des dispositions discriminatoires, en contradiction avec  l’article 2 de la constitution de 1992, doivent être modifiés au niveau de leurs formulations

 

                                                                                                                                          Baidy Maguiraga

P.S.  A la suite de la présentation de ce document j'ai eu la chance de discuter avec les representants des groupes armés.

Il semble qu'il yait eu beaucoup d'avancées relativement à l'article 6 et de facon générale sur plusieurs points de cet accord. Sa révision conformement à l'article 65 est une des resolutions du Dialogue nationale inclusif

 

 

Posté par maguiblog16 à 18:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 décembre 2019

La présence des forces étrangères au Mali, entre inquiétudes et espoir

La présence des forces étrangères au Mali, entre inquiétudes et espoir

Opération Barkhane

Savoir raison garder

Il y'a  beaucoup  de diatribes contre la France en ce moment. Ce n’est pas étonnant  pour celui qui suit l'actualité : l'intervention  de Macron au sommet de l’Otan, l'intervention  du Représentant  de la Minusma au Congrès  du MNLA  à  Kidal, les attaques barbares des terroristes...

Sachons raison garder, notre pays, disons notre sous-région  est confrontée  à  une situation  très  difficile, caractérisée  par des tueries inhumaines  des victimes  innocentes. Une situation  caractérisée  par la perte  des morts de maliens, civils et membres des forces de défense et de sécurité,  des morts  de soldats étrangers  venus nous porter  mains  fortes  pour contrer ces extrémistes  qui nous mènent  une guerre asymétrique. Nous compatissons  aux souffrances  des parents et amis de tous les disparus et sommes très  reconnaissants pour leurs sacrifices ainsi que pour le soutien continu de leurs pays

Il faut savoir raison  garder et, ne pas oublier l’année  noire 2012, où  plus des deux tiers du pays était  occupé, reconnaissons  l'appui salutaire  de la France  depuis cette douloureuse  période jusqu'à  ce jour.

L’intervention de Macron au sommet de l’OTAN

L’intervention  de Macron relative à  l’invitation  de Pau est-elle maladroite?

La réponse  dépend  de quelle manière on se place. Mais posons-nous la question suivante : les Chefs d’État concernés  avaient-ils été  informés  avant?

La réponse  est   probablement  oui. Dans cette hypothèse  Macron avait déjà  l’aval  des Chefs d’État avant de faire sa déclaration  au sommet de l’Otan les 3 et 4 décembre  soit un jour après  les cérémonies funéraires des treize soldats morts au Mali au cours  d’un accident. 

Albert  Einstein  a dit un jour , 《Ce qu'il  faut retenir  de l’histoire, C’est que les peuples ne retiennent  rien de l ' histoire. C’était  à  propos de différents  évènements  au cours de la deuxième  guerre  mondiale. Cette citation,  même  si, il faut la mettre dans son contexte, pour expliquer  qu'on a oublié  rapidement  dans quel bourbier, pour ne pas dire plus,  on se trouvait  en 2012.  N’eût  été  l'intervention  Serval que serait  le Mali aujourd'hui?

Cette intervention avait suscité beaucoup d’espoir auprès des maliens au début. Malheureusement le désenchantement pris la place de l’espoir quand les forces armées ont été empêchées de rentrer dans la ville de Kidal.

Loin de moi l’idée  de faire l’apologie de la politique  Française. Loin de moi l'idée de ne pas reconnaître  les  morts, les douleurs, les privations et les exactions  commises  par les Colons, et subies  par les Africains pendant des siècles.

Je crois qu’il faut  faire preuve de discernement, être  lucides et comprendre  qu’ils soient Français, Anglais, Russes, Chinois, Américains, aucun ne viendra nous aider sans arrière-pensées, sans intérêts, idéologiques, économiques ou autres. 

Mauvaise compréhension de la mission de l’ONU

La situation  d'insécurité  ainsi que les difficultés  rencontrées  dans le train- train quotidien  font le lit non seulement des extrémistes,  mais aussi des populistes.

L’autre point d’inquiétudes est la persistance de l’insécurité malgré le nombre élevé du contingent. 

A ce sujet il est important que la population soit sensibilisée sur  la Mission de l’ONU qui est une mission de maintien de Paix, déployée au Mali pour aider le gouvernement à rétablir la paix et stabiliser le pays, tout en préservant son intégrité territoriale,  elle n’a pas  vocation à se substituer à l’Etat malien. 

 La déclaration  du Représentant  de la Minusma  à  Kidal  n’a fait qu'amplifier  cette campagne  contre les forces étrangères et plus particulièrement contre la France. Le Gouvernement  est à  féliciter pour l'avoir déclaré  persona non grata  et lui donner 24 heures pour quitter le pays.

 

En se plaçant  d’un côté  on peut juger maladroite  la déclaration  de Macron car  elle fragilise les Gouvernements et exacerbe la colère  des populations.

Dans une démocratie l’adhésion des populations est une boussole. D'un autre côté  il est important  de souligner que Macron est confronté à  une grande agitation  sociale  conséquence, de son projet de réforme  sur les retraites, en chantier  plus d’un an.

Sa déclaration  peut être  considérée  comme une tentative  de diluer l'adhésion  des français aux nombreuses journées de mobilisation  prévues sur le front social contre cette réforme,  c'est en même  temps  une bonne façon pour lui de montrer son patriotisme. Dans une vraie  démocratie l'adhésion  des populations aux actes posés  est une boussole  pour les Gouvernants.

Les changements de politique d’un Etat ne se font pas comme on change de chemise.

L’honnêteté intellectuelle  nous oblige à préciser que Macron n’était pas au pouvoir au moment de l’épisode de Kidal, même si par ailleurs on peut évoquer la continuité de l’Etat.

Il faut cependant souligner que les changements au niveau politique ne se font pas aussi facilement.

La promotion de l’unité des cœurs et des esprits

Restons optimistes et considérons le verre à moitié pleine plutôt qu’à moitié vide.

La relecture de l’accord de paix et de réconciliation issu du processus d’Alger sur une base consensuelle comme le précise l’article 65 doit permettre à tous les fils et filles du Mali de se retrouver pour la paix, l’unité des cœurs et des esprits, pour un Mali nouveau.

 

Le Dialogue National, une nécessité, un espoir

 

Le Dialogue  National  qui se tiendra  du 14 au 22 décembre  doit être  une occasion idoine  pour  trouver des solutions pérennes  à  tous ces  problèmes qui ont été  clairement  identifiés et pour lesquels  les Termes  De Références (TDR)  sont élaborés : 

1. Paix, Sécurité et cohésion sociale 2. Politique et Institutionnel  3. Gouvernance 4. Social 

5. Économie et Financé 6. Culture,  jeunesse et sport

 

 A tous les maliens partageant  les mêmes  idéaux de paix de justice et de solidarité, et soucieux  de l’intégrité  territoriale du pays et de son unité, nous lançons un appel pour une forte mobilisation afin que ces concertations soient couronnées de succès. 

Pour conclure  nous devons  œuvrer pour créer  des conditions  pour que notre armée  soit plus forte, qu’elle soit la moins dépendante possible de l’Extérieur , car sans sécurité  il ne saurait   y avoir de développement. Malheureusement  nous sommes  encore loin de cette situation. En attendant reconnaissons que la présence  des forces internationales  est nécessaire.                                                       

                                

                                                                                                 Baidy Maguiraga                                               

Posté par maguiblog16 à 21:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Le Dialogue National Inclusif : Un Succès

 

 

 

LE DIALOGUE NATIONAL  INCLUSIF : UN SUCCES

Le Dialogue National Inclusif fut un grand succès. Tout le processus, depuis les concertations communales en passant par les concertations de Cercle et les concertations régionales, jusqu’à la journée du 22 décembre date de la clôture est à saluer. 

Un sujet brulant : Kidal

Le sujet Kidal était le plus redouté, tant il cristallisait les inquiétudes, tant les maliens sont attachés à l’unité et à l’intégrité du territoire. Comme il fallait s’y attendre les protagonistes n’ont pas tardé à s’invectiver. Ces longues confrontations furent comme une thérapie collective, qui a permis aux uns et aux autres de mieux se connaitre, de briser la barrière de l’incompréhension et, contre toute attente d’aboutir à des formulations de serment sur l’unité nationale et l’intégrité territoriale du Mali. A preuve  les recommandations suivantes,  avec 2020 comme horizon temporel :

1.   Vulgariser l’accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger

2.   Déployer au plus vite les forces de défense et de sécurité reconstituées ainsi que les services sociaux de base sur l’ensemble du territoire 

3.   Procéder à une relecture de certaines dispositions de l’Accord pour la paix et la réconciliation selon les mécanismes prévus à l’article 65 

4.   Intensifier la lutte contre le terrorisme et toutes les formes d’extrémisme violent

5.   Etoffer les effectifs des forces armées et de sécurité par un recrutement massif dans les conditions de transparence requise

6.   Améliorer et moraliser le mode de recrutement

7.   Diversifier le partenariat en matière de coopération militaire

8.   Renégocier un mandat  de la Minusma plus adapté à la situation sécuritaire du pays

La thématique politique et Institutionnel, thématique à enjeu important

La thématique, Politique et Institutionnel, fut aussi un sujet passionnant avec comme point de mire la date du 02 mai 2020  fin du mandat des députés,  qui avait été prorogé  deux fois sur une période de 18 mois .Sur cette thématique plusieurs recommandations furent adoptées .Parmi celles-ci on peut citer à court terme c’est-à-dire courant 2020 :

1.   Renforcer les capacités et l’indépendance de la justice

2.   Organiser les élections législatives de manière à éviter une nouvelle prorogation du mandat des députés et veiller au respect de tous les calendriers électoraux (Conseil de Cercle, Conseils régionaux, conseil du district de Bamako et Haut Conseil des Collectivités)

3.   Elargir l’élection des parlementaires aux maliens de l’extérieur

4.   Réviser la constitution du 25 février 1992

5.   Relire la Loi électorale

6.   Améliorer l’action gouvernementale, en  réduisant la taille gouvernementale et en renforçant la  coordination entre les différents ministères

7.   Prendre des mesures pour la délivrance sécurisée et dans des délais raisonnables de la carte NINA

Rappelons les six thématiques : 1. Paix sécurité et cohésion sociale ;  2.Politique et Institutionnel 3.Gouvernance ; 4.Social ; 5. Economie et finances ;  6.Jeunesse et Sport 

Plus d’une centaine de recommandations avec un chronogramme

Au total, ce  sont plus d’une centaine de recommandations qui sont formulées avec un projet de calendrier de réalisations, à court, moyen et long terme

Pour le moyen terme (période 2020-2023) on peut citer :

1.   Mettre en place un organe unique et indépendant de gestion des élections ;

2.   Procéder au recensement ;

3.   Dématérialiser les documents administratifs et  électoraux ;

4.   Opérationnaliser les nouvelles régions administratives ;

5.   Créer une  autorité unique de régulation de la communication ;

6.   Organiser régulièrement les semaines locales, régionales et la biennale ainsi que les journées citoyennes et les camps de vacances citoyennes ; 

Pour le long terme (2020-2030) on peut citer :

1.   Diversifier les pôles de développement et atteindre le niveau régional ;

2.   Redynamiser le secteur privé pour qu’il joue son rôle de moteur de l’économie nationale à travers des mesures incitatives ;

3.   Créer une banque publique d’investissement ;

4.   Intégrer dans les curricula la maitrise des corps de métier ;

5.   Renforcer la mobilisation des ressources internes par l’élargissement de l’assiette fiscale et la diversification des sources de recettes budgétaires.

Les résolutions du dialogue National Inclusif

Quatre résolutions ont été adoptées. Ce sont

1. L’organisation des élections législatives; 

2. L’Organisation du référendum constitutionnel ;

3.La sécurité et le retour de l’administration sur toute l’étendue du territoire ;

4.L’accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger.

Le comité de suivi 

Un comité de suivi de l’application des résolutions autour du triumvirat sera chargé de veiller à leurs respects ainsi qu’au chronogramme de leurs plans d’action.

Au cours de la cérémonie de clôture le président de la République a déclaré « J’ai promis, quant à moi, de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour que les recommandations validées soient appliquées et leur mise en œuvre attestée par les mécanismes de suivi que vous aurez souverainement mis en place. Je le ferai car je saisis tout l’enjeu de l’exercice que vous venez de conduire avec brio et maturité »         

                                                                       

                                                               Baidy Maguiraga

Posté par maguiblog16 à 20:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,